Le parc de l’Ehpad du Cosquer repensé par des étudiants

Publié le 16 septembre 2021Actualités
Le parc de l’Ehpad du Cosquer repensé par des étudiants

Des étudiants en BTS paysage de Merdrignac ont été sollicités par l’Ehpad du Cosquer, au Quillio (Côtes-d’Armor), pour imaginer un réaménagement du parc de 3 ha qui entoure l’établissement. Un repérage vient d’avoir lieu sur le site.

La maison de retraite du Quillio (Côtes-d’Armor), située à un kilomètre du bourg, a été construite dans un parc arboré de trois hectares, où se sont développés au fil des années des arbres d’essences diverses. Les jardiniers qui se sont succédé dans l’établissement ont eu à cœur d’aménager des massifs de fleurs qui égaient le cadre de vie des résidents. Ce parc possède aussi un ancien lavoir, une fontaine et d’anciens bâtiments qui rappellent aux plus âgés qu’il n’y a pas si longtemps encore, le site abritait une ferme.

Le site est remarquable quelle que soit la saison, avec des couleurs et odeurs qui changent au fil des mois, avec ses coins d’ombre et de lumière. Mais le cheminement, avec des allées un peu pentues par endroits, est compliqué, notamment pour les personnes à mobilité réduite. Il y a un réel besoin de retravailler les parcours,​souligne Sébastien Gillot, le directeur de l’Ehpad.

Sécuriser les promenades mais respecter le lieu

C’est l’une des raisons qui a conduit l’association de gestion de l’établissement à réfléchir à un réaménagement du parc. Pour avancer dans le projet, elle a fait appel aux étudiants en BTS paysage du CFA de Merdrignac, qui ont travaillé sur le terrain, durant toute la journée de mercredi 8 septembre 2021, pour réaliser des mesures topographiques, des prélèvements de sols, visualiser les végétaux existants, discuter aussi avec les résidents, leurs familles et le personnel à propos de leurs attentes.

« Notre volonté est de revaloriser ce site pour agrémenter les promenades des résidents, le sécuriser aussi, tout en respectant l’authenticité des lieux, a fait remarquer Maurice Duault, trésorier de l’association de gestion. Pour cela, nous avons demandé aux étudiants de s’imprégner des lieux, de se servir de la biodiversité qui doit éveiller les sens, apaiser, stimuler et être source de créativité. »​

Ouvrir l’établissement sur l’extérieur

Tous ces travaux, qui s’étaleront en plusieurs phases dans le temps, devraient également permettre à l’établissement de s’ouvrir davantage sur l’extérieur.

Ils viendront en complément des chemins creux qui mènent à la trame verte et au village. L’ouverture doit se faire dans les deux sens, des résidents vers le village et de la population vers l’Ehpad », ajoute Sébastien Gillot.

Une prochaine rencontre avec les étudiants aura lieu, en novembre, pour discuter des premières propositions.

Source Ouest France 14 septembre 2021