Salon de l’agriculture. Pourquoi la guerre en Ukraine chahute les marchés alimentaires ?

Publié le 4 mars 2022Actualités
Salon de l’agriculture. Pourquoi la guerre en Ukraine chahute les marchés alimentaires ?

La crise géopolitique prend le relais de la crise sanitaire pour attiser la flambée des matières premières agricoles. Incertitude et volatilité règnent sur les marchés internationaux.

Céréales, productions animales, fruits et légumes… La guerre en Ukraine plonge dans l’incertitude l’ensemble des filières agricoles présentes au Salon de l’agriculture.

Les éleveurs à la merci des spéculateurs

La guerre a jeté de l’huile sur la flambée des matières premières agricoles. En 2021, notre coopérative a subi un surcoût alimentaire de 30 millions d’euros. En 2022, rien que sur les bruits de bottes en Ukraine, la facture s’est alourdie de 15 millions, c’est fou !​, s’alarme Yves de La Fouchardière, directeur des Fermiers de Loué. Les cours internationaux ont joué au yoyo les deux premiers jours du conflit : à la hausse de 50 € la tonne de blé puis une baisse de même ampleur le lendemain.

On ne pourra pas vendre un poulet nourri avec un blé à 340 € la tonne. ​Une culbute liée à la spéculation impossible à répercuter dans les rayons. Dans l’immédiat, la coopérative fait le gros dos ​pour amortir le choc. Nous achetons à nos producteurs d’œufs leur production plus cher que ce que nous la vendons. »

Les pommes sous la menace de l’effet domino

Comment va réagir la Pologne, premier producteur européen de pommes face à la paralysie de ses exportations vers la Russie, premier importateur mondial ? Depuis 2014, Varsovie avait contourné l’embargo décrété par Moscou, à l’encontre des produits alimentaires européens. Lire la suite sur le site de Ouest France