Ultimes arbitrages de la France sur la Politique agricole commune

Publié le 19 juillet 2021Actualités
Ultimes arbitrages de la France sur la Politique agricole commune

Le gouvernement a affiné la déclinaison française de la future Politique agricole commune. Le monde agricole est divisé.

En débat depuis trois ans, le contenu de la Pac pour la période 2023-2027, qui doit orienter le futur de l’agriculture européenne, se précise. En France, le gouvernement avait annoncé les orientations générales de son Plan stratégique national (PSN), la déclinaison française de la Pac, fin mai 2021. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté ses derniers arbitrages mardi 13 juillet, à l’occasion d’un conseil supérieur d’orientation (CSO).

Encourager les pratiques vertueuses pour l’environnement

Les montants de l’« écorégime », principale nouveauté pour encourager les pratiques vertueuses pour l’environnement (désormais 25 % de la Pac), sont fixés : entre 54 € et 76 € par hectare. Pour obtenir une certification permettant d’accéder à ces aides, un agriculteur devra répondre à au moins un critère parmi cinq proposés : labels, diversité des cultures, agriculture de précision… Un bonus sera alloué pour la plantation de haies.

Les Chambres d’agriculture se félicitent d’« avancées pour une Pac équilibrée ». La FNSEA (syndicat agricole majoritaire), qui craignait que trop d’agriculteurs soient exclus des aides liées à l’environnement, salue « la décision de retenir plusieurs voies d’accès à l’écorégime ».

La Confédération paysanne déplore, de son côté, que les petites fermes ne soient pas davantage soutenues. Le syndicat parle d’une « occasion manquée de mettre en place une réelle redistribution des aides Pac, afin qu’elles cessent d’être une cagnotte pour quelques-uns ».

L’ensemble du PSN sera soumis à l’Autorité environnementale d’ici la fin du mois de juillet, puis à consultation publique. Il doit être livré à la Commission européenne avant le 31 décembre.

Source Ouest France 14 juillet 2021