Un eurodéputé se lance dans un tour de France pour lever les doutes sur la Pac

Publié le 27 janvier 2022Actualités
Un eurodéputé se lance dans un tour de France pour lever les doutes sur la Pac

L’eurodéputé Jérémy Decerle prend son bâton de pèlerin pour expliquer la nouvelle Politique agricole commune. Après Angers, ce mercredi 26 janvier 2022, il est à Rennes ce jeudi 27 janvier.

L’eurodéputé Jérémy Decerle (LREM), ex-président des Jeunes agriculteurs (JA), entame un long tour des régions françaises pour expliquer la nouvelle Politique agricole commune et répondre à toutes les questions. Membre de la Commission agriculture au Parlement européen, il a été le rapporteur de cette nouvelle Pac, qui entrera en vigueur en 2023. Une démarche qui a le soutien du ministère de l’Agriculture et réunit les Directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf), les Conseils régionaux et les Chambres régionales d’agriculture.

Inquiétudes autour de l’éco-régime

Pour entamer ce tour de France, Jérémy Decerle a choisi le Grand Ouest. Point de départ ce mercredi à Angers. Jeudi, ce sera le tour de la Bretagne, à Rennes. Le député européen explique à ses interlocuteurs que la culture de l’Europe, c’est le compromis. Nos attentes ne viennent pas forcément des autres pays…

Beaucoup de questions lui ont été posées sur ce que sera l’agriculture de demain. Sur les ambitions européennes en matière de climat, d’environnement, de bien-être animal, etc. À chaque fois, Jérémy Decerle explique, pour rendre ces politiques plus lisibles ».

Une nouvelle mesure inquiète beaucoup d’agriculteurs : l’éco-régime. Seront-ils tous bien éligibles à ces aides conditionnées à des actions favorables à l’environnement ? Jusqu’ici, l’Europe voulait faire de la protection environnementale sans véritables résultats escomptés… Avec l’éco-régime, nous avons enfin une mesure incitative basée sur la performance et le résultat », estime l’eurodéputé.

Jérémy Decerle se veut donc rassurant : C’est enfin le bon équilibre entre la protection de l’environnement et la bonne incitation financière. ​S’il mesure les inquiétudes, il assure que les marges de manœuvre existent. Pâturages, bocages, haies : nous avons les outils, à nous de les mettre en valeur. Cette longue tournée des régions a précisément pour but de lever les doutes 

Source Ouest France 26 janvier 2022